Développement personnel

L’écoute active, être attentif et présent dans nos interactions

ecoute-active

Chaque jour, nous échangeons, nous discutons, que ce soit avec quelqu’un ou avec nous-même. Dans chacune de ces interactions, il y a celui qui parle et celui qui écoute. L’écoute active, c’est écouter en pleine conscience, c’est être là, pour l’autre (ou pour soi) à l’écoute de ce qui est dit.

L’un des gros problèmes en communication, c’est qu’on n’écoute pas comprendre. On écoute pour répondre.

L’écoute active en psychologie

A l’initiative du concept, Carl Rogers, psychologue de renommé. Il introduit la psychologie humaniste avec l’Accompagnement Centré sur la Personne (l’ACP). L’écoute active est l’une des techniques utilisées dans cette approche, mais aussi en communication bienveillante. En effet, cette dernière favorise l’attention profonde et l’écoute de l’autre, de soi et des besoins de chacun.

Etre empathique, c’est voir le monde à travers les yeux de l’autre et ne pas voir notre monde se refléter dans ses yeux, Carl Rogers

L’écoute active met au cœur de l’échange la personne qui s’exprime. Celui qui écoute accueille, ne juge pas, se met à la place de l’autre, en essayant de faire preuve d’empathie. Il prend suffisamment de recul pour savoir que l’autre parle de sa propre réalité au monde et non de la sienne. Ainsi, il ne s’agit pas de prendre pour soi, de faire des interprétations mais d’écouter ce qui se passe pour l’autre. Si celui qui écoute a besoin, il demande des précisions à celui qui s’exprime. En Communication Non-Violente (CNV ou communication bienveillante), la reformulation est une technique efficace qui nous aide à éviter tout contresens ou interprétation de ce qui est dit.

Etre à l’écoute de l’autre, à l’écoute de soi

eecoute-active-psychologie

Etre à l’écoute de l’autre, lorsque nous sommes en interaction avec quelqu’un, est avant tout être attentif à l’autre. Nous lui accordons de notre temps, où nous sommes pleinement là pour lui. Nous accueillons l’autre et ce qui se passe pour lui. Avec l’écoute active, nous ne sommes pas là pour trouver des solutions pour l’autre. Non! Nous n’avons pas à porter notre cape de sauveur. Ainsi, nous laissons tous nos parasites mentaux (croyances, jugements, interprétations, etc.) pour tendre l’oreille et être présent pour l’autre.

Et lorsque l’autre, c’est nous-même!! Si nous écoutons l’autre de façon active, nous pouvons aussi le faire avec nous-même. Dans quelles mesures, sommes-nous vraiment à l’écoute de ce que nous pensons, de ce que nous ressentons ? Etre à l’écoute de nous-même prend du temps, comme pour l’autre. C’est apprendre à se mettre en pause pour regarder ce qui se passe véritablement à l’intérieur de nous, sans jugement. La méditation et l’introspection sont des outils qui peuvent nous aider à nous recentrer sur nous. Etre à l’écoute de nous-même, c’est aussi être attentif à ce que notre corps nous dit. Nous ne sommes pas qu’un mental, nous sommes un tout, composé de pensées, d’émotions mais aussi de sensations physiques qui expriment les maux de notre esprit. En étant attentifs à  ce qui se dit à l’intérieur de nous, dans notre corps, nous sommes pleinement à l’écoute de notre être. Nous comprenons alors davantage ce qui se joue en nous, quelles que soient situations.

Thérapies Comportementales et Cognitives.

Janie Aschieri – Psychologue


Bourbeau, L. (1997). Ton corps dit : Aime-toi!, Editions ETC INC.

Goleman, D. (2014). L’intelligence émotionnelle, Broché.

Gyatso, T. & Vreeland, N. (2003). L’art de la compassion, Robert Laffont.